Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/10/2012

On influence les autres...

marie chanel clamen,pensées inspirantes,omraam mikhaël aïvanov,On influence les autres, que par l'exemple


Dès qu'ils découvrent quelques vérités de la Science initiatique, beaucoup veulent immédiatement instruire les autres, et ils vont à droite et à gauche pour les prêcher et essayer de les convaincre. Et s'ils n'y parviennent pas, ils les critiquent et les considèrent avec mépris.

Et bien, ils vont trop vite, ils n'ont pas encore appris une règle essentielle de la Science initiatique : que le disciple doit commencer par vivre une vérité avant de vouloir en convaincre les autres. Et la vivre, cela signifie l'expérimenter longtemps, faire des exercices avec elle au point qu'elle devienne enfin chair et os en lui, qu'elle ne fasse plus qu'un avec lui. Celui qui, tout de suite, commence à vouloir convaincre les autres des vérités spirituelles, non seulement n'y parviendra pas, mais risque même de les perdre.

Oui, il faut garder un certain temps ces vérités en vous sans rien dire, vivre avec elles, les faire vôtres, afin qu'elles vous apportent des forces et vous aident à triompher des épreuves que vous aurez à traverser: à ce moment-là, non seulement elles ne vous quitteront plus, mais quand vous les direz aux autres, à cause de votre accent de sincérité elles auront une grande force de persuasion.

Mais là encore, il y a beaucoup de choses à connaître avant de chercher à transformer les autres. Car si eux-mêmes n'en éprouvent pas le besoin, s'ils n'ont pas compris l'importance d'une philosophie et d'une discipline spirituelles, il n'y a rien à faire, il faut les laisser.

Leur attitude prouve seulement qu'ils sont très jeunes encore et qu'ils ont besoin d'expériences et de leçons. Ils souffriront, bien sûr, et c'est cette souffrance qui les obligera un jour à changer de vie. Mais en attendant, laissez-les tranquilles.

Et d'ailleurs, laissez tout le monde tranquille, occupez-vous seulement de vous améliorer vous-même. Seul votre exemple montrera aux autres qu'ils se trompent ou qu'ils se conduisent mal. Oui, votre exemple.
C'est en travaillant sur soi-même qu'on travaille pour les autres : ils s'aperçoivent que vous possédez des qualités qu'ils ne possèdent pas et, parce qu'ils désirent posséder eux-mêmes ces qualités, ils sont poussés à vous imiter et à s'améliorer.

Alors, cessez de vous occuper des autres pour souligner leurs insuffisances et leurs faiblesses car, de cette façon, non seulement vous ne leur apportez rien de bon, mais vous devenez terne et désagréable comme eux.

Acceptez-les comme ils sont, soyez patient et travaillez jour et nuit à vous améliorer, vous, jusqu'à leur montrer qu'il y a quelque chose de magnifique à acquérir. Tant qu'ils n'en ont pas conscience, ce n'est pas par des paroles que vous leur apprendrez.

Comment pensez-vous pouvoir convaincre les gens de se débarrasser de faiblesses dont vous ne vous êtes pas toujours débarrassé vous-même ?

Comment un craintif peut-il donner de l'audace aux autres ? S'il crie : " En avant " en tremblant sur ses jambes, comment va-t-il entraîner les foules ?

Sachez que c'est seulement la victoire sur vos faiblesses qui vous donne des pouvoirs, et ces pouvoirs sortiront tôt ou tard à travers vos yeux, vos gestes, votre visage, votre voix ; ils sortiront même si vous voulez les cacher.

Ne croyez pas qu'il est si facile d'aller se mêler des faiblesses des humains ; il faut des années et des années travailler sur soi-même avant d'en être capable.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les commentaires sont fermés.